alien_covenant_critique_fi

Alien: Covenant n’est pas un mauvais film, mais tente de contenter deux publics différents sans jamais vraiment y parvenir. Continuer la lecture »

doctor-strange-fi

Avec son entrée dans l’Univers Cinématique Marvel, Doctor Strange vient-il vraiment soigner l’image du studio ? Continuer la lecture »

shoes_of_the_future_FI

De celles qui se lacent toutes seules à celles pouvant servir de GPS, ces chaussures nous montrent que le futur…ce n’est pas loin d’être maintenant. Continuer la lecture »

Star Wars VII: Le Réveil de la Force

star_wars_7_fi
Après la plutôt décevante "prélogie" et avec ce septième épisode, la force commence enfin à revenir dans la saga.
Vous aimez ? Partagez !

Un vieil espoir à retrouver

Luke Skywalker, dernier Jedi de son état, est porté disparu. Activement recherché par ses alliés de la Résistance, il l’est aussi par le Premier Ordre, organisation qui a remplacé l’Empire Galactique, co-dirigée d’une main de Sith par Kylo Ren.

Un des seuls indices pouvant mener à Luke se trouve avec BB8, droïde du pilote le plus chevronné de la resistance, Poe Dameron. BB8 se fait capturer sur la planète Jakku, mais est sauvé de justesse par la Jeune Rey, avec qui il finit par se lier d’amitié…

Ne tournons pas autour du droïde. Le scénario de cet épisode respecte à la lettre la tendance établie par les précédents. En d’autres termes, pris pour l’épisode en lui-même, il pourrait tenir sur le pommeau de la garde d’un sabre laser. Il est donc clair que son attrait ne se trouve pas dans son déroulement, convenu au possible.

Quel est alors l’intérêt réel de l’histoire ? Eh bien, il se trouve tout simplement dans le vide laissé entre les événements non relatés qui séparent cet opus de la fin du sixième. On a l’impression que l’on aurait sciemment perdu un épisode Star Wars en route, histoire de gonfler de façon quelque peu artificielle l’intrigue de celui-ci

Finn ( à gauche ) et Rey ( à droite ), deux nouveaux qui s'intègrent très bien dans la franchise.

Le second intérêt de la trame, ( et heureusement, elle le fait plutôt bien ) est de nous introduire de nouvelles têtes dans la saga. Et celles-ci, tout comme les anciennes, disposent d'une bonne dose de charisme.

« Messieurs les Stormtroopers, veuillez nettoyer la zone pour de potentiels spin-offs et préquelles. »

30 ans se sont écoulés depuis « Le Retour du Jedi ». Beaucoup de faits et relations sont simplement posés dans cet épisode sans qu'on prenne volontairement la peine d'en expliquer le pourquoi du comment.

Alors ? On cherche à prendre des kilos, Ren ?

Et c’est bien ici, dans la gestion des personnages, que Star Wars s’avère tout simplement magistral, comme d’habitude. On retrouve avec plaisir les anciens de la saga tels que la princesse Leia, Solo et Chewbacca, avec toujours ce même charisme monstre, et on se permet en plus de nous introduire de nouveaux venus très intéressants dans leur développement, et pouvant même s’avérer plutôt énigmatiques.

Le couple Rey ( Daisy Ridley ) et Finn ( John Boyega ) est tout simplement magique et il est plus que difficile de ne pas apprécier leur compagnon de route BB8 ( qui, encore une fois, n’émettra que des « bips » dont on ne comprendra RIEN, mais c’est tout l’intérêt ^_^ ). Interprété par Oscar Isaac, le pilote de la Résistance Poe Dameron est sympathique mais reste en retrait, ce qui reste compréhensible vu ce n’est pas son histoire que l’on relate…

Et du côté obscur de la force ? Si l’on se pose pas mal de questions sur le mystérieux Snoke ( Andy Serkis ), chef suprême du Premier Ordre, l’attention se portera plutôt sur son élève Sith, Kylo Ren, très justement joué par Adam Driver. D’autant plus que Ren, qui semble au départ loin d’avoir l’aura imposante d’un Dark Vador, risque bien d’aller au delà de celle-ci s’il tient jusqu’à la fin de cette nouvelle trilogie…

Kanata partage pas mal de points communs avec Yoda.

Maz Kanata fait partie des nouveaux introduits qui disposent d'une aura assez énigmatique. On se pose beaucoup de questions sur le personnage et surtout sur son rapport réel avec la Force...

Ren a une admiration quasi-religieuse pour Vador.

Ren est surement le personnage qui donne vraiment envie d'en savoir plus à son sujet, non seulement de par ses origines, mais aussi sur les raisons qui l'ont poussé à basculer du côté obscur de la force...

Le départ du Jedi

Avant toute chose, remercions J.J.Abrams et son équipe pour avoir évité d’intégrer le MOINDRE élément « neuneu » qui aurait pu gâcher l’atmosphère ( Oui, Jar Jar, c’est de toi qu’on parle ). Ceci fait, il faut souligner que les adeptes de la Force risquent d’être un tantinet déçus. Si elle est « présente » – il s’agit de Star Wars tout de même :-p – ce sont les personnages qui ne la possèdent pas qui ont la part belle dans cet opus. On sent bien que l’on nous réserve toute la magie et les mystères entourant la Force pour les prochains épisodes, celui-ci n’étant finalement qu’un joli apéritif.

Pour les grands friands de « Space Opera », ils n’ont pas à s’inquiéter: l’opposition toujours aussi manichéenne caractérisant le conflit entre l’anciennement nommé Empire Galactique et la Résistance est belle et bien là. Cependant, ce conflit n’apporte pas vraiment son lot de tension et de suspense et se laisse suivre plus par nostalgie qu’autre chose, du moins dans les trois premiers quarts du film. On ne s’ennuie certes pas mais il faudra tout de même attendre la dernière demi-heure du long-métrage pour se sentir réellement concerné par celui-ci…

Si ça ne vous rappelle pas une certaine armée lors d'une certaine guerre durant une certaine période...

Il est vraiment dommage que le Premier Ordre laisse aussi froid. On a parfois du mal à comprendre son leitmotiv réel et si ça passait dans les précédents opus, ici, ça a tendance à agacer un peu....

BB8 est aussi facétieux que ce bon vieux R2-D2.

Cet épisode sait souvent faire oublier le contexte « Space Opera » parfois un peu lourd avec cet aspect comique connu de la saga et qui sait astucieusement contre-balancer les moments dramatiques.

Un nouvel Espoir 2.0

Bien entendu, on apprécie grandement de revoir les vaisseaux emblématiques de la saga ainsi que leur superbe design légèrement remis au goût du jour. Cependant, on ne sera pas surpris concernant les batailles spatiales se voulant sympathiques mais pas grandioses. En effet, celles-ci n’apportent vraiment pas plus de punch et/ou d’originalité visuelle et restent au final assez classiques dans leur déroulement…On regrettera aussi que le côté  « découverte » de la saga ait pris un léger coup de rhume gungan: on « voyage », c’est certain, mais les planètes visitées ont l’air moins exotiques, moins particulières…

Concernant les duels à échelle humaine, on s’attend forcément à ce qu’il y ait tout de même quelques combats au corps à corps et plus précisément, des duels avec les emblématiques sabres laser. Et c’est là qu’apparaît un contraste fort intéressant avec les deux précédentes sagas, du moins avec la « prélogie », puisqu’ici, ils sont chorégraphiés de manière plus « brute », moins « parfaite ». Si cet aspect permet de démarquer cet opus des autres, on reste cependant perplexe devant certaines scènes rendant un peu trop bien hommage à l’épisode « Un nouvel Espoir »

Les combats du genre dans les prochains opus de la saga risquent fort d'être très intéressants.

Le fait de rendre les duels au sabre laser plus « naturels » est très appréciable, puisqu'il indique le niveau des combattants et présage d'une évolution de leur style dans les prochains épisodes.

Que serait Star Wars sans Tie Fighters et X-Wings ?

Les batailles spatiales valent leur pesant de cacahuètes et sont dynamiques, mais certaines d'entre-elles ressemblent un peu trop à celles du quatrième épisode. Hommage ou copie sans grande saveur ?

C’est Star Wars. C’est John Williams. Circulez !

En effet, circulons. Ce sous-titre dit tout. Il est difficile de ne pas donner la note maximale pour la bande-sonore, vu son coté unique et légendaire, et sachant d’autant plus qu’elle ramène immédiatement en enfance pour les plus vieux d’entre-nous. Tout ce que l’on fait durant le film est de s’amuser à se demander à quel moment tel ou tel air connu de celle-ci va être utilisé. Elle a aujourd’hui acquis un statut d’intouchable dans le monde du cinéma, un statut mérité d’ailleurs.

Verdict

En résumé Note
Scénario C'est loin d'être grandiose et ne vaut vraiment que pour ce que l'on ne nous dit pas. 2,5/4
Personnages Les personnages principaux ont tous une vraie aura, anciens comme nouveaux. 4/4
Ambiance La Force, ce sera vraiment pour les suivants. La touche comique est bien sentie. 3/4
Visuel La copie carbone sur l'épisode « Un nouvel Espoir » est parfois un peu trop visible. 3/4
Son John Williams, Star Wars ! Que veut le peuple ? 4/4

Star Wars VII efface le goût amer laissé par la « prélogie » et reste un excellent apéritif pour cette nouvelle trilogie qui se dessine. L'attente de l'épisode VIII, prévu en Mai 2017, risque de se faire bien sentir...

16,5/20
Vous aimez ? Partagez !