alien_covenant_critique_fi

Alien: Covenant n’est pas un mauvais film, mais tente de contenter deux publics différents sans jamais vraiment y parvenir. Continuer la lecture »

doctor-strange-fi

Avec son entrée dans l’Univers Cinématique Marvel, Doctor Strange vient-il vraiment soigner l’image du studio ? Continuer la lecture »

shoes_of_the_future_FI

De celles qui se lacent toutes seules à celles pouvant servir de GPS, ces chaussures nous montrent que le futur…ce n’est pas loin d’être maintenant. Continuer la lecture »

Batman V Superman: L’aube de la Justice

BVS_fi
Deux des caractères les plus emblématiques de l'univers DC s'affrontent pour un résultat loin d'être aussi désespérant qu'on aurait pu le croire...
Vous aimez ? Partagez !

Hancock, version Batman et Superman

Superman est aujourd’hui au centre de la polémique. S’il pense faire le bien, ses actions n’en ont pas moins des conséquences s’avérant la plupart du temps graves. Vu par les uns comme un sauveur quasi-divin, les autres le considèrent plutôt comme une menace de grande envergure, surtout que jusqu’à maintenant, rien ni personne ne semble pouvoir l’arrêter.

Parmi ses fervents détracteurs ne se trouve pas moins que le fameux Bruce Wayne. Et il n’est pas le seul de sa catégorie. Sous ses traits enjoués et enjoliveurs, Lex Luthor, lui aussi, ne semble pas porter Superman dans son cœur. Avec une patience diabolique, Luthor construit le puzzle qui conduira inéluctablement à l’affrontement entre les deux plus grandes figures héroïques de Gotham City et de Metropolis: Batman et Superman…

Le scénario de Batman V Superman n’est pas magistral. Il s’avère cependant loin d’être du genre bouseux. En premier lieu, on sent vraiment que les scénaristes se nourrissent au maximum du matériau d’origine, ce qui réjouira les fans des différentes figures mises en scène. Il y a de plus un bon équilibre entre ce qui est clairement dévoilé et les zones qui restent floues, voire dans l’ombre, donnant envie d’en savoir plus sur l’univers dépeint.

En second lieu, l’histoire arrive très difficilement à être prévisible. C’est un plus indéniable, surtout quand on sait que le « background » de certains personnages tels que Batman a été maintes et maintes fois ressassé…Et c’est sur ce point que l’on est surpris d’être étonné: Zack Snyder et son équipe n’en tiennent bizarrement pas compte, rajoutant inutilement des éléments dont on se serait bien passé ou décidant outrageusement d’en zapper d’autres…

Les super-héros devant répondre de leurs actes semblent être à la mode au cinéma...

Le film continue l'histoire de Superman et en profite pour nous introduire les principaux protagonistes de l'univers DC. Une formule qui a malheureusement tendance à légèrement précipiter certaines entrées...

Pourquoi ne pas s'être concentré sur la disparition de Robin par exemple ?

Oui, on la connaît tous, cette tragédie qui a conduit Bruce Wayne à endosser la cape du chevalier noir. Il était donc parfaitement inutile de nous rejouer cette scène encore une fois de plus. Merci.

Bleu et rouge ou tout noir: c’est mi-figue, mi-raisin, voire carrément tomate.

Si le scénario soutient plutôt bien le film, on ne peut pas en dire autant des personnages. Et pas mal d’entre-eux sont moyens, si ce n’est complètement dans les choux. Commençons par la nouvelle version de ce cher Bruce Wayne. on a ici un Batman qui se veut mûr, expérimenté et carrément acide dans sa vision du monde et de la justice. Si Affleck arrive à attraper la carrure du personnage, on regrette que sa seule VRAIE manière de l’interpréter soit au final de faire continuellement la « tête à Droopy ». Mouais.

Quant à Henri Cavill, il reste ( trop ? ) souvent détaché dans sa manière de jouer, dans le sens qu’il semble souvent complètement blasé à propos de ce qui se passe autour de lui; un élément qui n’aide pas à éprouver la moindre empathie pour son personnage. Il reste convenable malgré tout dans le style « demi-dieu controversé ». Gal Gadot, alias « Wonder Woman », est l’une des rares qui sort un peu du lot, arrivant à dégager un certain charme intriguant. Pour le reste, certains donnent littéralement envie de sortir la tapette à baffes…

Jeremy Irons semble parfois pester plus contre son rôle qu'autre chose.

Avec son côté moralisateur à deux francs, sa dégaine peu soignée d'homme las et son air constamment consterné ( et consternant ), la nouvelle version d'Alfred n'arrête à AUCUN moment d'agacer.

On prierait presque pour voir Superman ( ou Batman ) filer des baffes à Luthor.

Non content d'être introduit au bazooka ( oui, carrément ^_^ ), Jesse Eisenberg passe à côté de son personnage, lui donnant une allure quasi-parodique. Irritant, surtout quand on connaît la face machiavélique de ce cher Lex Luthor.

BvS pour Boudeur VS Sérieux. Vous êtes sérieux ?

Autre point sur lequel Batman V Superman agace: l’ambiance. On cherche constamment ( et quand je dis constamment, c’est du début à la fin ) à nous plonger dans une atmosphère noire et grave, avec le maximum de sérieux qui se respecte je vous prie. Snyder et son équipe veulent très surement faire sentir au spectateur les relents d’une sorte d’apocalypse imminente, en forçant malheureusement bien trop sur la dose.

L’atmosphère ne variant quasiment pas, elle en devient irrémédiablement lourde, au point qu’on ait parfois des envies pressantes d’appuyer sur le bouton « avance rapide ». Libérer le spectateur avec plusieurs blagues bien placées, ou tenter d’introduire un personnage mascotte capable de refroidir la sauce de temps en temps aurait été bienvenu ( Tiens, pourquoi ne pas avoir utilisé judicieusement Alfred à cet effet ? ). Mais Batman V Superman ne se risque jamais à tenter l’expérience, privant le film d’un meilleur rythme, ou, au mieux, d’un plus équilibré.

Les blagues cyniques de Lex Luthor ne vous arracheront pas le moindre sourire.

Certains soucis logiques cassent aussi l'ambiance: comment expliquer que Clark Kent, journaliste au Daily Planet, n'ai jamais eu vent de l'existence de Bruce Wayne, l'un des milliardaires les plus en vogue de Gotham City ???

Dans cet univers, on sent bien que Wayne en a vu des vertes et des pas mûres...

Batman semble ici avoir une histoire solide mais le film essaie tellement de montrer le côté sombre de sa vie, qu'il soit avec son masque ou sans, qu'on a du mal à s'immerger dans son univers, quand on n'arrive à en avoir l'envie...

Une vraie identité visuelle, mais des transitions douteuses

Malgré des personnages et une ambiance moyenne, Batman v Superman se rattrape plutôt bien visuellement. Tout comme pour le scénario, on sent le travail de fond pour donner vie à cet univers particulier. Du côté de l’homme chauve-souris, on découvre une « batmobile » et un « batwing » aux apparences plutôt sympathiques, malgré le fait que son nouveau costume soit assez commun au final, restant trop…classique. On est aussi assez surpris de le voir utiliser des outils moins « personnalisés » à son image….

Mais là où il « frappe » le plus, c’est bien dans sa manière de traiter les malfrats. Ce Batman-là fait directement écho à celui mis en image par Tim Burton en 1989…S’il y a pas mal de « sauce » visuelle pour Batman, Superman quant à lui n’impressionne guère. Pour le reste, Zack Snyder sait y faire scènes d’action et de combats, qui se veulent ici à la fois dynamiques et brutales. Le réalisateur n’a cependant pas complètement perdu sa mauvaise habitude des montages douteux à la « Watchmen » et autres « Sucker Punch »

« Batman, le parfum de chauve-souris, c'est vraiment pas mon truc ! »

Le costume de base de Batman reste plutôt simple, mais celui qu'il utilise contre Superman en jette. Et on peut dire la même chose concernant les bastons du film. On en a pour son popcorn, c'est certain !

Si vous vous imaginiez que Batman puisse rêver comme tout le monde, vous pouvez repasser.

Si le film reste compréhensible du début à la fin, on a parfois un peu du mal avec les transitions, certaines d'entre-elles étant faites à la hache. Une habitude qu'il est temps que Snyder apprenne à perdre...

Le titre du film est mémorable, pas la bande son…

La bande-son laisse assez perplexe. Elle a été composée par Tom Holkenborg ( autrement connu sous le nom de JunkieXL ) et surtout, par le plus que plébiscité Hans Zimmer. Si les sonorités venant tout droit de « Man of Steel » sont aisément reconnaissables et rappellent sans équivoque Superman, il semblerait que la castagne entre lui et Batman n’ait pas généré autant d’inspiration chez les deux compositeurs.

Non pas que la musique soit mauvaise, loin de là, mais je dois dire qu’il m’est difficile de me souvenir d’un titre, ou, au moins, d’une partie mémorable grâce aux sonorités de celle-ci. Au delà, il faut quand même reconnaître que la nouvelle voix de Batman est parfaitement dans le ton, un des seuls points sur lequel le Batman de Nolan ratait un peu le coche…

Verdict

En résumé Note
Scénario Des références inutiles. Un univers intéressant. 3
Personnages Les acteurs sont moyens, certains baignant dans le mauvais registre. 2,5
Ambiance Trop noire. Des moments de détente auraient été nécessaires. 2,5
Visuel Une véritable identité visuelle. Le montage par moment bizzare. 3
Son Pas vraiment mémorable mais bonne B-A dans l'ensemble. 3

Batman V Superman s'avère être un mix correct pour introduire la Ligue de la Justice. On sent cependant le rush pour établir l'univers cinématique DC et tenter de rattraper celui déjà bien établi par Marvel.

14/20
Vous aimez ? Partagez !