alien_covenant_critique_fi

Alien: Covenant n’est pas un mauvais film, mais tente de contenter deux publics différents sans jamais vraiment y parvenir. Continuer la lecture »

doctor-strange-fi

Avec son entrée dans l’Univers Cinématique Marvel, Doctor Strange vient-il vraiment soigner l’image du studio ? Continuer la lecture »

shoes_of_the_future_FI

De celles qui se lacent toutes seules à celles pouvant servir de GPS, ces chaussures nous montrent que le futur…ce n’est pas loin d’être maintenant. Continuer la lecture »

Test: Le Walkman NW-WS410 de Sony : Coule ou Roucoule ?

nwz_ws610_fi
Le WS410 est le nouveau tour-de-cou dans la famille des Walkmans NW de Sony. Aucune connectivité sans fil, mais il a bien d'autres atouts pour séduire...
Vous aimez ? Partagez !

Introduction

Arf. Je me souviens de mon premier de la série, le NWZ-W252. A l’époque, ces intras « tour-de-cou » n’étaient que résistants à l’eau. Comme « compensation », La station de recharge qui venait avec avait un style monstre et l’aimant logé au milieu du Walkman lui faisait prendre une très jolie forme en cœur. Mon W252 aura fait deux années de bons et loyaux services avant d’aller rejoindre le Valhalla des Walkmans dont la batterie ne tient plus la charge, celle-ci n’étant malheureusement pas amovible.

Test du Sony Walkman WS410: Le W252 sur sa magnifique station de recharge.

Sorti en 2010, le NWZ-W252 remplaçait le W202, arrivé sur le marché un an auparavant. Il éliminait les problèmes d’étanchéité de son prédécesseur, devenant ainsi le premier Walkman Sony du genre à être résistant à l’eau et la sueur.

Il a été religieusement remplacé par la série suivante, un W262, qui lui tiendra 2 ans et demi avant de suivre le même chemin que son illustre ancêtre. Cette série avait déjà perdu la forme « I love you » et la station de recharge, mais gagnait en contrepartie une belle cure d’amaigrissement ainsi qu’une heure d’autonomie. Vient maintenant la gamme actuelle qui me laissait le choix entre le WS610 et le WS410.

Alors ? NFC et Bluetooth avec possibilité de répondre à mes appels directement depuis le Walkman ? Ou simple baladeur ? J’ai opté pour la seconde solution. Découvrons ensemble pourquoi dans ce test du WS410…

Présentation du Walkman WS410 et de ses accessoires

La gamme de Walkmans WS410, sortie en février 2016, comporte deux modèles : le WS413 et le WS414. La différence vient de la mémoire embarquée: 4 Go pour le premier (  environ 1000 fichiers MP3s de 4 minutes chacun encodés en 128Kbits/s ) et 8 Go pour le second ( soit le double en mp3s, vous l’aurez deviné ^_^ ).  Le WS413 peut s’acquérir aux environs de 90 euros; pour obtenir le WS414, il faudra débourser pas moins de 150 euros. J’ai opté pour le modèle 4 Go, ma bibliothèque MP3 étant loin de dépasser les 300 morceaux.

Dans la boîte, on retrouve ( en plus du Walkman, bien évidemment ^_^ ):

  • Un câble micro USB: concernant celui-ci, Picsou aurait été fier de Sony. En effet, la firme a été particulièrement radine sur sa longueur: il ne fait pas plus de 18 cm. Pour le branchement sur un ordinateur portable, ça passe sans (trop de) problèmes, dans les autres cas, la station de recharge et le Walkman risquent de pendre de façon fort peu esthétique au support USB…
  • Une station de recharge: Ici aussi, Sony gratte sur les réductions économiques. Si celle du WS610 ( et même celle du W272 ) permet de fixer les deux écouteurs, ici seul l’un d’entre-eux sera soutenu lors des sessions de recharge.
  • Un bandeau élastique: Celui-ci se fixe sur le câble du walkman, lui assurant un meilleur serrage. Il n’est pas indispensable mais assure un maintien un peu plus ferme lorsqu’il est en place. Un apport bienvenu surtout quand on est du genre sportif ( comme moi :-p ).
  • Deux jeux d’oreillettes, un pour une utilisation normale, l’autre réservé aux moments de trempette. La différence ? Le second kit est pourvu d’une opercule protectrice qui évite à l’eau de s’infiltrer, la surface supérieure des embouts des écouteurs n’étant pas complètement étanche ( ce qui est plutôt logique, il faut bien laisser passer le son ^_^ ).
  • Divers manuels d’utilisation ainsi que les papiers relatifs à la garantie: Là, je me pose des questions. Pourquoi diable gaspiller autant de papier, quand ces éléments pourraient être stockés directement sur le Walkman au format PDF et/ou rendus téléchargeables à partir du site web de Sony ?
La boîte du Walkman se veut sobre et assez aisée à déballer.

Pas de fioritures, tout dans la simplicité. C'est l'impression que dégage la boîte du WS410. Le Walkman est proposé en quatre coloris: Bleu, Vert, Ivoire et enfin Noir ( anthracite ), celui pour lequel j'ai opté.

Au fil des générations, le package a tendance à devenir de plus en plus commun...

On a droit au strict minimum. Sony ne daigne toujours pas proposer de sacoche de protection, même en vente séparée. Enfin, si: celle-ci est référencée CKS-NWWS410 et il faut être au japon pour en profiter. Raahhh. ლಠ益ಠ)ლ.

Conception et Ergonomie

Concernant la conception, on remarque déjà une amélioration flagrante par rapport aux modèles précédents: les ingénieurs de Sony ont ENFIN pensé à renforcer la protection des parties du câble qui rentrent dans les oreillettes avec des tubes en caoutchouc rigides. C’est une amélioration que je tiens à féliciter; en effet, cela évite que celles-ci ne se mettent à tourner autour de l’axe du fil de connexion. C’est un problème qui peut les rendre plus « flottantes » à la longue et donc moins évidentes à fixer autour de la tête, et qui, surtout, pourrait entraîner ( entraîne ? ) des dommages au système.

Concernant l’ergonomie, inutile de passer par 410 chemins. Il semble que Sony se soit inspiré de modèles d’oreillettes pour malentendants, faisant du WS410 le Walkman ayant de loin la meilleure ergonomie de port à ce jour ( et je peux confirmer, ayant pu essayer l’avant-dernier de la série grâce à un ami,  le W272 ^_^ ). Le souci principal que j’avais expérimenté avec les anciennes générations était la tenue. Il fallait se lancer dans une gymnastique plutôt fastidieuse pour arriver, premièrement,  à bien les faire rentrer dans les oreilles et deuxièmement, à les faire tenir autour de la tête pour éviter qu’ils n’en sortent ( des oreilles ;-p ). Ô grande joie, ces deux problèmes ne sont plus avec le WS410…

Ces protections avaient complètement disparues des deux précédentes générations et sont aussi absentes sur le WS610.

Les nouvelles protections en caoutchouc sont bien plus longues et rigides que précédemment, ce qui permet au walkman de conserver sa forme générale ( finies les rotations sur l'axe du fil ) tout en en augmentant le maintien.

Une fois placé, Le Walkman ( léger comme tout avec 32 g au compteur ) reste bien en place.

Les oreillettes trouvent naturellement le chemin des orifices auriculaires, sont bien plus faciles à placer et réclament beaucoup moins de mouvements. Pour compléter le serrage, il suffit d'ajuster la tension du bandeau.

Autonomie et fonctionnalités

Contrairement à son grand-frère, le WS610, le WS410 ne possède aucune connectivité sans-fil. Si ce n’est pas avec cette série que l’on pourra se la jouer « wireless » dans les soirées Geek, on gagne cependant drastiquement en autonomie. On passe ainsi de 7/8 heures à 11/12 heures, ( re )gagnant ainsi de 3/4 heures par rapport à la génération du W272. Et, en effet, le Walkman tient plutôt bien ce rythme ( j’ai pu faire 4 séances sorties/sport à 2h30/3h la séance sur 3 jours sans recharge ). Rien de nouveau concernant la recharge: c’est toujours 1h30 pour une charge complète, et le mode « charge rapide » de 3mn permet effectivement de tenir environ 1h.

Quant aux fonctionnalités ( sans compter l’étanchéité jusqu’à deux mètres de profondeur, valable pour la nage en mer ), le walkman permet maintenant ( par rapport au W262 ) l’avance et le retour rapide sur morceau, ainsi que la répétition d’un ensemble de sons par dossier ou par album. L’ajout qui marque cependant ici n’est autre que celui du « Mode Sonore Ambiant ». Celui-ci permet de pouvoir entendre les bruits environnants, particulièrement réduits quand le Walkman est en place, grâce à des micros intégrés à l’appareil.

On n’a plus besoin de retirer ce dernier pour pouvoir entamer/écouter une conversation. Et cela marche assez bien surtout lorsque la musique ne tourne pas. On a presque l’impression de ne pas avoir de Walkman sur les oreilles. Attention, il ne faudra pas oublier de désactiver le mode en question une fois terminé: Il mange quand même de deux à trois heures sur l’autonomie de base du WS410, si on décide de le laisser activer avec la musique en fond.

Les boutons sont plutôt durs à actionner par rapport aux précédents modèles.

Le Walkman dispose de 6 boutons, tous situés sur la tranche des deux oreillettes. Le bouton du mode « bruits ambiants » est plus clair que les autres. Fait étrange, vu qu'on aura rarement le Walkman sous les yeux pour l'actionner...

Vu l'ancienneté de la marque dans le milieu, le manque de logiciels fait vraiment tache.

Quatre sons MP3s gratuits, des fichiers d'aide et d'autres relatifs à la gestion du Walkman. Mis à part ça ? Rien. Même pas de quoi surveiller la charge du Walkman lorsqu'il est branché. Picsou peut bomber le torse de fierté.

Par contre, c’est la dèche totale question logiciel: Sony n’a tout simplement rien fourni. C’est une chose d’avoir viré celui qui s’amusait à « aider » pour la gestion des transferts ( complètement inutile puisqu’un rapide copier-coller des morceaux vers le dossier intitulé « Music » fait parfaitement l’affaire ) mais là, la « pingre-attitude » de Sony commence à atteindre celle du légendaire Picsou. Il n’y a même pas de quoi ré-encoder ses sons. Et rien que pour ça, le Walkman se prend 1 bon point de moins sur la note finale.

Qualité d’écoute et volume

Pour la qualité d’écoute,  je vais comparer le WS410 avec les meilleurs écouteurs de la même marque connus à ce jour: les MDR-XB70AP que j’ai eu l’occasion d’avoir sur les oreilles ( Grâce à un autre ami que j’ai quasiment failli « bazookater » pour qu’il s’en sépare une vingtaine de minutes, hein, Mohamed ? ^_^ ) et qui sont, surtout, dans la même gamme de prix. Pour le test ( subjectif mais je pense, assez correct :-p ), j’utilise juste deux sons:

  • Artiste: Harold Faltermeyer –  Titre: Axel F ( Beverly Hills Cop Theme ). Son pop très connu, il me permet de tester la « profondeur » et « la rondeur » des basses, vu qu’il est principalement basé dessus.
  • Artiste: Lindsey Sterling – Titre: Crystallize. Mélange entre dubstep et violon, je compare ici la qualité des mediums, ce qui implique que je me concentre plus sur les sonorités émanant du violon.

Le MDR-XB70AP est connu pour ses basses puissantes et bien définies. Sur ce plan, il est largement meilleur que le WS410, dont le rendu de fréquences à ce niveau est bien moins vibrant et pêchu, comment dire, moins « rond ». On regrette aussi que Sony n’ait toujours pas intégré un réglage de type « Mega-Bass » à sa gamme de Walkman tour-de-cou. Pour le reste, les deux appareils d’écoute font quasiment jeu égal, donnant un son clair ( on distingue sans soucis l’ensemble des instruments, ce qui était moins évident avec le  W252 et même le W272 ), avec une marge d’avance sur le WS410, qui fait mieux son travail d’intra-auriculaire en couvrant bien plus les bruits extérieurs ( La tenue améliorée aidant beaucoup ).

Pour le volume ? J’ai été particulièrement surpris de voir que le WS-410 est à ce point puissant, bien plus que les anciens modèles. Le volume peut en effet aller TRÈS haut. Tellement haut que la sympathique voix féminine ( la même qui vous prévient lorsque vous allumez le Walkman ou changez de dossiers de sons ) vous répétera un message d’alerte pour vous prévenir que le  volume atteint des niveaux dangereux pour votre tympan. Pour ce paramètre, rien à signaler donc.

Conclusion et Verdict

Ayant testé le Walkman pendant deux mois, j’ai pu constater un petit dysfonctionnement ainsi qu’une petite « bizarrerie ». De rares fois, le Mode Sonore Ambiant s’arrête de fonctionner pendant 4 à 5 secondes sans raison particulière apparente. Quand à la bizarrerie, elle provient de la LED qui indique l’état de la batterie du WS410.

Sony aurait pu tout simplement utiliser le bon vieux code « vert » pour « plein », « orange » pour « état moyen » et « rouge » pour « bientôt vide ». Au lieu de ça, la firme a préféré un clignotement intermittent vert/orange qui peut parfois prêter à confusion. Sinon, pour le reste, R.A.S, surtout que ces éléments n’entravent en rien le fonctionnement général du Walkman.

Enfin, les deux raisons qui m’ont poussé à préférer attendre une nouvelle génération pour le WS610 sont les protections rigides et surtout, l’autonomie. 6/7 heures d’autonomie pour une utilisation quotidienne, ça fait trop de passages par la case recharge…

En résumé
Ça coule
Ça roucoule
  • Les accessoires sponsorisés par Picsou
  • Les logiciels sponsorisés par Picsou
  • Toujours pas de sacoche de protection même en vente séparée
  • Les basses manquent de "rondeur"
  • On veut un réglage "Méga-Bass", nom de !
  • L'indicateur LED indique bizarrement les niveaux de batterie
  • On retrouve enfin les 12 heures d'autonomie pour ce type de Walkman
  • Les nouveaux tubes rigides de protection sont les bienvenus
  • La facilité de port et la tenue sont bien meilleures que pour les précédentes générations
  • La qualité sonore s'est largement améliorée depuis la dernière génération
  • On ne sent vraiment pas les sons environnants ce qui rend...
  • ...Le "Mode Sonore Ambiant" très pratique

Avec sa tenue de port et son audio améliorée par rapport à la génération précédente, le WS410 est un excellent Walkman pour sportif en tout genre. Cependant, il déçoit côté accessoires et logiciels. On attend aussi toujours le réglage Mega-Bass...

16/20
Vous aimez ? Partagez !