alien_covenant_critique_fi

Alien: Covenant n’est pas un mauvais film, mais tente de contenter deux publics différents sans jamais vraiment y parvenir. Continuer la lecture »

doctor-strange-fi

Avec son entrée dans l’Univers Cinématique Marvel, Doctor Strange vient-il vraiment soigner l’image du studio ? Continuer la lecture »

shoes_of_the_future_FI

De celles qui se lacent toutes seules à celles pouvant servir de GPS, ces chaussures nous montrent que le futur…ce n’est pas loin d’être maintenant. Continuer la lecture »

Metal Gear Rising: Revengeance PC

Jeu: Metal Gear Rising: Revengeance
Avec ce port PC de Metal Gear Rising: Revengeance, Raiden peut-il sereinement espérer trancher dans le vif ?
Vous aimez ? Partagez !

Le classique retour de la vengeance

Les évènements relatés dans Rising se déroulent quatre années après ceux de Metal Gear Solid 4. Sous contrat avec « Maverick Security Consulting », société militaire privée, Raiden assure maintenant la protection de hauts responsables. Tout serait allé pour le mieux si l’une de ses missions d’escorte n’avait pas tournée au désastre.

Notre ami assiste ainsi à la mort de l’homme qui était sous sa garde avant d’être laissé dans un état grave. Remis sur pieds par Maverick quelques temps plus tard, paré d’un nouveau corps de cyborg dernier cri, Raiden a maintenant les moyens de traquer les responsables de l’attaque et d’assurer sa « Revengeance »…

En 2018, conserver un cerveau humain hors de son corps d'origine est devenu trivial.
En 2018, conserver un cerveau humain hors de son corps d'origine est devenu trivial.

Même si Rising est le spin-off orienté action de la série avec pour seul personnage principal Raiden, on aura le plaisir de retrouver les éléments si particuliers qui constitue l'univers Metal Gear.

Ça ne vous coupera pas le souffle…

Graphiquement, il semble que le titre de Platinum Games/Kojima Productions ait un peu souffert de son histoire de développement chaotique. Rising aurait dû profiter du « Fox Engine », mais doit se « contenter » du moteur graphique « Platinum Engine » ( changement de développeur oblige ) visuellement moins croustillant.

Si La modélisation des personnages et des environnements s’avère plutôt bonne, elle ne s’exprime pas pleinement, certaines textures manquant de finesse. Ce défaut, on le retrouve aussi au niveau de la qualité des ombres et de la gestion de la lumière. Heureusement, les effets spéciaux viennent relever le niveau…

C’est le premier port, on ne lui rentrera pas trop dans le lard…

Vous vous souvenez surement de Metal Gear Solid 2 sur PC ? À l’époque ( c’était en 2003 ), le jeu prenait gentiment 7 Go de votre disque dur en installation complète. Quand on sait que la moyenne d’espace en ce temps tournait autour de 80 Go….Et bien Rising semble être le digne successeur de son illustre ancêtre. Il ne vous prendra pas moins de 25 Go. Oui, 25 Go. Vous pouvez fermer la bouche.

En plus de prendre une place cossue sur votre espace de stockage non volatile bien aimé, le jeu ne réclame pas moins d’un core i7 en configuration recommandée. Et ce n’est surement pas injustifié. Là où certains jeux tournent à 30 fps, détails à fond sur ma « vieille » configuration, en 720p, anti-crénelage activé je vous prie, Revengeance n’atteint la même fréquence de rafraîchissement qu’avec une résolution inférieure, détails bas et sans anti-crénelage…Et encore…

Un seul mot: Zandatsu !

Si le graphisme et la technique sont les points faibles de Rising, Le gameplay est quant à lui, tout simplement…stellaire. D’un dynamisme épileptique, La jouabilité se base sur deux principes. Le premier est celui du « découpage ». Lorsque le jeu vous en donne la possibilité, vous pouvez trancher un élément et le réduire en miettes avec votre « Lame Haute Fréquence ».

Le second principe est appelé « Zandatsu » ( à traduire littéralement par « Tranche et Prends » ). Basé sur celui du découpage, il ajoute une pointe de précision. En ciblant certaines parties désignées de vos ennemis, vous pourrez en extraire une cellule remplie d’électrolytes faisant office de trousse de soins express. Ces deux fondements rendent le jeu particulièrement jouissif et en font quasiment un pionnier du genre…

Ça tranche court mais avec intensité

Rising n’est pas du genre long. Le jeu est constitué de sept missions ici appelées « dossiers », et chacune d’entre-elles prend environ une à une heure et demi, donc de 7 à 10 heures en gros. Mais sa faible durée de vie, le jeu la compense avec une rejouabilité bien dosée. Il faudra un certain temps pour débloquer toutes les capacités de Raiden, les découvrir, sans compter les items et sous-quêtes habilement disséminés dans le jeu.

Et une fois la trame principale consommée, on aura le plaisir de suivre les chemins de « JetStream Sam » et de « Blade Wolf » au travers de leur DLC respectif, directement intégrés pour cette version. Et ai-je parlé des fameuses missions RV ( Réalité Virtuelle ) qu’il faudra débloquer ? De l’atmosphère phénoménale qui a tendance à rendre accro ? De la musique qui poutre ?

Même si les environnements ont été recyclés pour les DLC, leur trame scénaristique n'a pas été négligée.
Même si les environnements ont été recyclés pour les DLC, leur trame scénaristique n'a pas été négligée.

Les DLC qui font office de préquelles, apportent de 3 à 4 heures de jeu supplémentaires, selon votre façon de jouer. De plus, leur difficulté a été légèrement revue à la hausse.

Certaines missions RV font office de tutoriaux.
Certaines missions RV font office de tutoriaux.

Les missions RV doivent d'abord être trouvées dans la trame principale avant d'être accessibles. Si certaines sont simplistes, d'autres apportent un vrai challenge, surtout pour les accros du « scoring ».

Raiden ? Raiiiiiiiiiiiideeeeeeeen !

Ne tournons pas autour du lecteur MP3. Rising dispose de l’une des bande-sons les plus motivantes que l’on peut écouter dans un jeu vidéo, surtout si l’on est du style Rock/Néo Métal. Non contente d’être de bon goût, elle se permet aussi de rendre l’ambiance du jeu encore plus attrayante. Chaque boss dispose ainsi de son thème et les producteurs ont poussé le vice jusqu’à lier les paroles à leur histoire respective.

Autre élément notable: les voix des personnages, toutes en anglais, collent parfaitement. On reconnaîtrait chacun d’entre-eux les yeux fermés, ce qui renforce encore plus l’immersion. Seul Raiden sonne parfois bizarre, le doubleur ayant un peu trop tendance à vouloir se la jouer « Batman façon Nolan ». Enfin, pour le reste, on peut affirmer sans aucun doute que les habitués de la franchise ne seront pas dépaysés…Bref, l’aspect sonore du titre est clairement une véritable réussite.

Verdict

En résumé Notes
Scénario Scénario
3,5
Ambiance
4
Personnages
5
arrow_right 12,5/15
Graphismes Modélisation
4
Textures
3
Dir. artistique
3,5
arrow_right 10,5/15
Technique Optimisation
3
Clipping
3
Gest. des bugs
3,5
arrow_right 9,5/15
Gameplay Maniabilité
4
Jouabilité
5
Level Design
3,5
arrow_right 12,5/15
Temps de jeu Durée de Vie
3,5
Rejouabilité
5
Extensions
4,5
arrow_right 13/15
Son Bruitage
4,5
Voix
4,5
Musique
5
arrow_right 14/15 arrow_bottom

Premier port du studio Platinum Games sur PC, Revengeance n'est pas exempt de défauts. Cependant, le gameplay, la rejouabilité et l'ambiance phénoménale convaincront sans peine plus d'un.

72/90

16/20
Vous aimez ? Partagez !